Vers une région modèle
de développement durable.

Accordé par l’UNESCO, le statut de Réserve de la biosphère constitue l’un des principaux outils internationaux de réflexion sur le développement durable et d’application de celui-ci. Il inclut la dimension humaine et sous-tend le développement régional et la création de richesses.

Les Réserves de la biosphère sont des territoires appartenant à un réseau mondial qui relèvent le grand défi de la durabilité par le dialogue.

Dernières réalisations

Pour une deuxième année consécutive, la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka (RMBMU) permettra à deux jeunes manicois âgés entre 15 et 23 ans de participer à une expédition dans l’Arctique du 21 juillet au 5 août prochain.
Grâce à un partenariat avec la SADC, la RMBMU a offert une formation au sujet du développement durable en entreprise à une dizaine de PME de la Manicouagan.
La cohorte est composée de Granijem, MD Communication, la Microbrasserie St-Pancrace et la SADC Manicouagan.
Le Colloque ADNPlanNord s’est tenu le 10 mars 2016, au Centre des arts de Baie-Comeau. Un souper d’ouverture a eu lieu à Pessamit la veille, le 9 mars 2016.
La Ville de Baie-Comeau a mandaté la RMBMU pour conduire une étude portant sur la pérennité des organismes culturels locaux.
Le Conseil des Innus de Pessamit et la RMBMU collaborent, dans un esprit de cogestion, à l’implantation de la Station Uapishka, à l’intérieur du Nitassinan de Pessamit et sur le territoire désigné par l’UNESCO.

Actualités

LA RMBMU REMARQUÉE AU 4e CONGRÈS MONDIAL DE LIMA

L’équipe de la RMBMU revient d’un évènement historique pour le Programme de l’homme et la biosphère (MAB) de l’UNESCO, soit le 4e Congrès mondial des Réserves de biosphère de l’UNESCO à Lima, au Pérou. Plus de 1 200 représentants de 120 pays étaient présents pour ce rendez-vous qui se tient généralement tous les dix ans.

La RMBMU fait sa part pour le climat !

Toutes les émissions de gaz à effet de serre émises par l’équipe cette année, tant pour les déplacements quotidiens au bureau que pour que les vols internationaux, seront compensées à 50% par le programme Carbone boréal et 50% par le programme de l’Organisme de bassins versants Manicouagan