Pessamit et la RMBMU collaborent avec la Suède

Baie-Comeau, le 23 octobre 2014 – Le Conseil des Innus de Pessamit et la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka (RMBMU) reviennent d’établir les bases d’un partenariat avec la communauté Sami de Grän, au nord de la Suède. Cette visite faisait suite à la venue des Samis à Pessamit à pareille date l’an dernier, lorsque la RMBMU accueillait une délégation de vingt représentants des pays nordiques en Manicouagan pour différents ateliers de travail et visites dans le cadre du réseau NordMAB.

Ainsi, les représentants de la Manicouagan réunissaient une Vice-Chef du Conseil des Innus de Pessamit, madame Marielle Vachon, un jeune de la communauté et étudiant en environnement, monsieur Patrice Bellefeur, ainsi que monsieur Jean-Philippe Messier, directeur général de la RMBMU. Le séjour s’est déroulé dans la région de Vindell, au nord-ouest de Umea en Suède, afin de jeter les bases d’un partenariat entre les Samis, autochtones de la région de Vindell qui élèvent traditionnellement le renne, et les Innus de Pessamit sur les nombreux enjeux communs qu’ils partagent. Ainsi, le lien avec le caribou versus le renne, l’éducation traditionnelle et de la langue et la situation des femmes à l’intérieur des communautés sont des aspects qui ont été discutés et qui feront l’objet de démarche en vue de partenariats et de coopération entre les deux communautés. « À terme, l’entente de partenariat pourrait offrir la possibilité de coordonner des stages pour les jeunes de la communauté de Pessamit dans la région Vindell et vice-versa », selon Marielle Vachon.

Notons que la RMBMU agissait dans ce projet à titre coordonnateur. Cela fait suite au leadership qu’a pris notre Réserve de biosphère à travers NordMAB, un réseau de Réserves de la biosphère nordiques qui partagent les mêmes caractéristiques et enjeux que la Manicouagan. « La RMBMU a notamment travaillé à réunir les sommes nécessaires auprès de bailleurs de fonds internationaux qui ne seraient pas disponibles sans notre désignation par l’UNESCO Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture et travaille maintenant à structurer les suites du projet pour qu’il prenne forme en 2015 – 2016 », indique monsieur Messier. De plus, le Conseil des Innus a également investi dans le projet.

Document(s) joint(s)