LA RMBMU REMARQUÉE AU 4e CONGRÈS MONDIAL DE LIMA

Lima, Pérou, le 17 mars 2016. – L’équipe de la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka (RMBMU) revient d’un évènement historique pour le Programme de l’homme et la biosphère (MAB Homme et biosphère ) de l’UNESCO Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture , soit le 4e Congrès mondial des Réserves de biosphère de l’UNESCO à Lima, au Pérou. Plus de 1 200 représentants de 120 pays étaient présents pour ce rendez-vous qui se tient généralement tous les dix ans.

La RMBMU a donc assisté à l’adoption de la déclaration de Lima, laquelle s’inscrit dans la mise en place de la nouvelle stratégie (2016-2025) du réseau international des Réserves de biosphère. Elle mise notamment sur « le rôle du réseau mondial de Réserves de biosphère à constituer des modèles de solution en développement durable, d’innovation et de protection des savoirs autochtones ». Les projets de l’organisation s’inscrivent donc directement dans cet esprit et ont ainsi permis aux représentants de la RMBMU de donner une voix au Québec dans l’élaboration et l’adoption de cette déclaration internationale.

L’équipe, qui se prépare à l’évènement depuis plusieurs mois, y a tenu plusieurs rôles. Eve Ferguson, chargée de projets et des communications, a notamment planifié et animé la présentation du réseau de l’Amérique du Nord et de l’Europe lors de la plénière d’ouverture. L’expertise et les outils créés par la RMBMU en matière de collaboration avec la grande entreprise, notamment dans le domaine minier et de l’acceptabilité sociale, ont su mobiliser l’intérêt de la communauté internationale lors d’un atelier présidé par Jean-Philippe L. Messier. Le partenariat avec Students on Ice, qui permet à des jeunes de la Manicouagan de vivre une expérience transformatrice sur les changements climatiques en Arctique, a également pu servir de source d’inspiration pour l’engagement de la jeunesse.

Pour Patrick Desbiens, président de la RMBMU, « ce fut une opportunité de mieux comprendre le contexte international de notre désignation de l’UNESCO, de m’imprégner du potentiel de ce puissant réseau mondial et de constater avec fierté que la RMBMU y tient un rôle respecté et sollicité ». De son côté, Jean-Philippe L. Messier, directeur général, souligne que la participation active de l’équipe contribue au rayonnement de la Manicouagan et, plus largement, du Québec. « C’est ce type d’activité de réseautage qui permet à la RMBMU de semer des partenariats à l’international et d’en faire ultimement bénéficier la Manicouagan », explique-t-il. Certaines personnes et organisations rencontrées à la conférence de Lima pourraient d’ailleurs alimenter le succès de la Station Uapishka, station de recherche scientifique en structuration par le Conseil des Innus de Pessamit et la RMBMU.

Document(s) joint(s)