Baie-Comeau, 20 juin 2016. – Jean-Philippe L. Messier, directeur général de la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka (RMBMU), et René Simon, Chef du Conseil des Innus de Pessamit, ont pris part aux activités de la Conférence de Montréal, évènement d’envergure internationale, qui était notamment co-présidé par madame Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture . Ce Forum de très haut niveau a rassemblé plus de 2 000 intervenants de tous les milieux et parmi ceux-ci, un groupe-élite de plus de 75 personnalités des plus influentes de la politique, de l’économie et des affaires du Canada et d’ailleurs dans le monde était présent.

L’évènement a pour mission de développer la connaissance des grands enjeux de la mondialisation des économies en mettant l’accent sur les relations entre les Amériques et les différents continents. La Station Uapishka, nouvelle station de recherche scientifique co-implantée par la RMBMU et le Conseil des Innus de Pessamit, a fait figure d’exemple à travers l’allocution de Jean-Philippe L. Messier. Invité par la Conférence comme panéliste pour l’atelier sur la participation des communautés autochtones au développement économique, il partageait la scène avec Geoffrey Kelley, ministre responsable des Affaires autochtones, Québec, Victoria Tauli-Corpuz, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’Homme des peuples autochtones, Monica Ell-Kanayuk, vice-première ministre du Nunavut et Patricia Balbuena, ministre des Affaires interculturelles du Pérou.

« Ce fut une tribune d’exception pour promouvoir le partenariat inspirant derrière cet accomplissement et les principes fondamentaux à considérer pour réussir une telle cogestion. De plus, ce fut l’occasion, pour le Chef Simon et moi, de rencontrer plusieurs ministres québécois et fédéraux afin de faire avancer nos enjeux communs et respectifs ». Fait à noter, ce fut la première édition de la Conférence de Montréal qui faisait place aux questions autochtones et nous sommes très fiers d’avoir su faire rayonner la région et la communauté innue », explique monsieur Messier. La conférence fut une également une occasion privilégiée de tisser de meilleurs liens avec des intervenants issus du milieu de la recherche.

Document(s) joint(s)