La RMBMU et Alcoa Brésil participent conjointement au Séminaire sur l’activité minière et la responsabilité sociale dans les Réserves de la biosphère

Baie-Comeau, le 25 mars 2013 - Ce sont des représentants de Réserves de la biosphère, des
représentants gouvernementaux et non-gouvernementaux, des entreprises minières et tous
autres parties impliquées de partout à travers le monde qui se sont réunis la semaine dernière à
Belo Horizonte, au Brésil, à l’occasion d’un séminaire portant sur la conciliation du secteur
minier et de la durabilité dans les territoires désignés Réserves de la biosphère de l’UNESCO Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture ,
comme la Manicouagan. Cette rencontre était la deuxième en trois ans. En février 2011,
rappelons nous que Messieurs Luc Bourassa, directeur Ressources humaines, Communications
et ABS de l’Aluminerie Alcoa de Baie-Comeau et Jean-Philippe Messier, directeur général de la
Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka (RMBMU), avaient fait une
présentation conjointe à Paris sur le sujet.

Cette année, Monsieur Messier était sur place, en compagnie de Nilson Pereira Souza, directeur
Développement durable, Environnement, Santé et Sécurité - Alcoa Amérique Latine. C’est
l’Aluminerie de Baie-Comeau qui a fait le pont avec la section brésilienne de l’entreprise, qui
compte une expérience très pertinente en matière de travail avec les communautés locales pour
l’extraction de la Bauxite en forêt amazonienne.

Les intervenants sont principalement intervenus sur des enjeux tels que l’effet des profits issus
du secteur minier sur le bien-être des communautés locales, sur la conservation de la
biodiversité et la maintenance des écosystèmes ainsi que sur le fait de travailler avec une
Réserve de la biosphère. Les participants ont également procédé à une analyse critique et une
synthèse des données existantes sur le Guide des bonnes pratiques liées à l’utilisation des
ressources naturelles élaboré par le Conseil International des Mines et des Métaux (ICMM).

La RMBMU et Alcoa Brésil ont également fait une présentation conjointe sur les meilleures
pratiques à travers les étapes quotidiennes des activités minières et les bénéfices, pour
l’industrie, d’établir une coopération avec les Réserves de la biosphère. D’autres entreprises
majeures du secteur étaient aussi présentes telles qu’Anglo American, MMX, Vale S.A. et
Votorantim. "Le réseautage est l’un des 4 axes d’intervention de la RMBMU et l’événement
concerne directement les enjeux de la Manicouagan tout en faisant intervenir nos partenaires.
En ce sens, notre présence au séminaire et l’opportunité que notre directeur prononce une
conférence sur nos façons de faire en tant que Réserve de la biosphère qui travaille avec
l’industrie s’inscrit parfaitement dans nos objectifs et prouve une fois de plus que notre statut
nous amène des plateformes sans précédent pour générer de l’expertise et faire rayonner notre
région", a indiqué Martin Ouellet, président de la RMBMU. Un groupe de travail s’est ainsi mis
en place et des projets prometteurs sont actuellement en route.

À ce sujet, la collaboration qui existe depuis plusieurs années déjà entre la RMBMU et l’usine
Alcoa de Baie-Comeau fait figure d’exemple pour l’UNESCO. L’événement était une occasion
unique de faire la promotion des plus récents développements dont la mise en place du Fonds
Alcoa pour les collectivités durables, un outil résolument participatif dont les balises s’inspirent
des valeurs portées par le programme UNESCO/MAB Homme et biosphère en matière de développement durable et
développement des compétences. Le Fonds, à la disponibilité des communautés locales d’Alcoa
au Québec, est unique en son genre et mérite d’inspirer d’autres entreprises de la même
envergure dans leur travail.

La présence de la RMBMU à l’événement était sur invitation et tous les frais ont été payés par
l’UNESCO et les organisations partenaires du séminaire, tout comme la majorité des activités à l’étranger de notre Réserve.

Document(s) joint(s)