Baie-Comeau, le 11 juin 2012 – La Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka
sera présente à l’un des plus grands rassemblements planétaires des dernières décennies, le
Sommet de la Terre, à Rio de Janeiro, du 16 au 23 juin 2012.

20 ans après le rassemblement historique ayant mobilisé l’attention envers le développement
durable à Rio de Janeiro, cet événement sera l’occasion de faire le point sur les avancées des
engagements des États. Rappelons que cet événement vit naître la convention sur la biodiversité, la convention sur les changements climatiques (d’où découle le Protocole de Kyoto)
et l’Agenda 21.

Marie-Pierre Clavette, chargée de projets et des communications, fait partie d’une délégation
composée de représentants de la société civile québécoise. Cette délégation d’environ 80
membres est coordonnée par les Initiatives Internationales des YMCA du Québec, le collectif
UniAlter et Alternatives.

Trois grandes rencontres composent ce rassemblement :
1— Sous l’égide des Nations Unies, du 20 au 22 juin 2012, se tiendra la Conférence des Nations
Unies pour le Développement Durable, qui rassemblera les délégations officielles
gouvernementales et des experts de toutes sortes afin de progresser au niveau international sur
le terrain de l’engagement des États envers le développement durable. 125 chefs d’États et de
gouvernements ont déjà confirmé leur présence. Au terme de cette conférence, une déclaration
dont le contenu est en cours de rédaction depuis plusieurs mois sera adoptée. Les deux
questions qui se trouvent au coeur de ces négociations sont les suivantes : comment favoriser le
passage à une économie verte ? Quel cadre institutionnel devons-nous mettre en place afin
d’assurer une gouvernance mondiale pour le développement durable ?

2— Du 13 au 22 juin se tiendra, sur le même site que la Conférence de l’ONU, le Forum des
Parties prenantes Individu ou un groupe ayant un intérêt dans les activités ou décisions d’une organisation (clients, salariés, fournisseurs, actionnaires, syndicats, ONG, citoyen, etc.) qui rassemblera la plupart des Organisations non gouvernementales (ONG)
accréditées auprès du système onusien, ainsi que des représentants gouvernementaux et du
secteur privé qui souhaitent dialoguer. 500 activités sont programmées pour ce forum qui vise
essentiellement à influencer les gouvernements et à faire avancer des revendications portant sur
des problématiques liées à l’environnement.

3— Du 15 au 23 juin se tiendra le Sommet des peuples. Plus de 1 600 conférences et ateliers
sont inscrits au programme du Sommet qui devrait déboucher sur l’adoption d’une déclaration
des peuples. C’est à cet événement que la chargée de projets et des communications, Marie-
Pierre Clavette, sera présente, afin de mettre en valeur l’expertise de la RMBMU, s’inspirer des
meilleures pratiques qui sont en cours dans le monde et créer des liens avec des groupes qui
oeuvrent dans le même sens que la RMBMU.

À titre d’exemple, rappelons que la RMBMU est d’autant plus intéressée par ces grands enjeux
de développement durable, qu’elle conduit actuellement une démarche locale d’Agenda 21 avec
la Ville de Baie-Comeau dans le cadre du projet Baie-Comeau : Ma ville, Ma voix.

L’Agenda 21 a été adopté lors du premier Sommet de Rio en 1992 et s’est révélé être l’un des
meilleurs outils pour appliquer le développement durable à l’échelle d’une collectivité. D’ailleurs,
un livre numérique présentant des initiatives locales, dont la RMBMU a rédigé un chapitre sur
l’expérience baie-comoise, sera lancé dans le cadre des activités de Rio+20.

Pour en savoir plus sur Rio+20, visitez le http://www.un.org/fr/sustainablefuture/about.shtml.

Document(s) joint(s)