Conditions gagnantes de Francesco Di Castri

Francesco Di Castri, une figure phare du développement durable qui a participé aux principales conférences internationales sur ce sujet et qui a beaucoup réfléchi sur la question, en est venu à la conclusion que le développement durable n’est pas une fin en soi, mais un processus ou une façon de mener un projet pour qu’il soit écologiquement viable, économiquement efficace et socialement acceptable.

Pour qu’un projet respecte ce principe, Di Castri suggère certaines conditions gagnantes.

La diversification
Le développement durable demande qu’on accepte de faire les choses autrement. La diversification, c’est tester de nouvelles approches et accepter le risque d’innover.

La connectivité
Le développement durable ne se fait pas en vase clos : il repose sur la concertation. Les partenaires doivent prendre le temps de se parler pour tenter de se comprendre, laisser émerger une vision commune et, à travers elle, voir naître de nouvelles solidarités. Le travail en réseau et en partenariat implique de faire participer le plus grand nombre de personnes possible à la prise de décisions et de partager les retombées d’un projet. En ce sens, la connectivité, c’est communiquer, gagner la confiance des acteurs et échanger de l’information.

L’autonomisation
Le développement durable passe par l’initiative des personnes qui souhaitent changer les choses. En tant que résidants de la Manicouagan, nous devons miser sur notre capacité de construire une région modèle de développement durable et développer notre ouverture à la diversité et au dialogue, notre persévérance et notre efficacité. Faire de notre région un modèle de développement durable est une invitation à nous améliorer. C’est un projet à long terme qui connaîtra son lot de succès et de résistance.

Nous devons agir de façon à donner l’exemple et à inspirer les autres en nous appuyant sur des réalisations qui amènent fierté et prospérité.

Di Castri mentionne également que « la seule chose qui soit durable dans l’histoire du vivant, c’est le changement ». Celui qui s’impose à notre époque tend vers une préoccupation environnementale accrue, une société plus juste et une économie plus solidaire de la vitalité de la communauté et de l’ensemble de ses membres.

Les défis qui se dressent devant nous sont imposants et seuls nos descendants pourront dire si notre développement a été durable. D’ici là, nous avons la responsabilité d’imaginer et d’agir.