Un projet majeur initié par le Conseil des Innus de Pessamit et la RMBMU

Baie-Comeau, le 19 février 2016 – Depuis plus d’un an, le Conseil des Innus de Pessamit et la Réserve mondiale de la biosphère Manicouagan-Uapishka (RMBMU) collaborent dans un esprit de cogestion afin de mettre en place la Station Uapishka.

Nouvelle entreprise majoritairement détenue par le Conseil des Innus, cette station de recherche sera située aux abords du réservoir Manicouagan et des monts Uapishka (Groulx), soit à l’intérieur du Nitassinan de Pessamit et sur le territoire désigné par l’UNESCO Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture .

La Station Uapishka ciblera majoritairement les chercheurs, les membres des Premières Nations et les touristes. D’un point de vue scientifique, les aires protégées et les caractéristiques environnementales du secteur, les monts Uapishka (Groulx) et l’astroblème de Manicouagan, pour ne nommer que ceux- ci, font du territoire ciblé un endroit tout désigné pour susciter et nourrir l’intérêt grandissant de la recherche et des études nordiques.

« Le projet aura pour vocation d’être un lieu de rassemblement et de renforcement de l’identité pour notre communauté, en plus d’offrir des opportunités de stage et d’emploi pour nos jeunes. De plus, le projet ne change en rien les droits des Innus sur les activités de chasse et de trappage », explique René Simon, chef du Conseil des Innus de Pessamit. Selon Raymond Rousselot, vice-chef et responsable du dossier au sein du conseil, « la station deviendra un symbole fort et concret d’une occupation contemporaine de notre Nitassinan par la communauté innue, dans un endroit propice au développement des compétences. »

Finalement, la Station Uapishka se présentera sur un terrain privilégié pour charmer les touristes qui souhaiteraient venir découvrir le caractère insolite de l’arrière-pays.

« À travers le développement et le transfert de connaissances scientifiques et de savoirs traditionnels, la Station Uapishka se veut une contribution originale et structurante au développement de l’économie du savoir dans la région et un outil pour dynamiser l’occupation du territoire nordique. Un tel projet ne pourrait pas se concrétiser sans un partenariat avec les Innus », souligne Patrick Desbiens, président de la RMBMU. Pour le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC), responsable des aires protégées situées à proximité et collaborateur du projet, la station sera un dispositif idéal pour répondre aux objectifs du plan de gestion de ces territoires.

À terme, la Station Uapishka pourrait créer entre cinq et dix emplois stables, ainsi qu’entre deux et huit postes de stagiaires en saison estivale. Une parité entre employés autochtones et non autochtones est visée. Le début des activités est prévu pour l’été 2016. Une annonce de tous les détails, dont les partenaires financiers impliqués dans le projet, sera faite dans les prochaines semaines.

Document(s) joint(s)